RSS
  • Deep Purple n'est pas mort!

    Nov 19 2009, 10h25

    Ian Gillan et sa bande nous l'ont bien démontré hier... Mer. 18 nov. – Deep Purple, The Vipers

    Les cheveux sont peut-être gris et le ventre de certain devenu bedonnant, c'est néanmoins toujours la même énergie et le même talent qui coule dans leurs veines.

    Anecdotique
    The Vipers ne laissera pas de grands souvenir... et c'est une bonne nouvelle: cela en aurait été de mauvais.

    La grande question est: qu'est-ce qui a pris aux organisateurs de programmer ça en première partie de Deep Purple? Etait-ce pour rester dans la tranche d'âge? Ou pour suivre les ancestraux principes du yin et du yang (plus la tête d'affiche est bonne, plus la première partie devrait être mauvaise)? On ne le saura probablement jamais... Donc, passons!

    La claque
    Le concert débute donc vraiment à 21h, avec une bande-son instrumentale, pleine de violons et de cordes... juste ce qu'il faut pour planter le décor et chauffer un public bigarré, mais que l'on sent acquis d'avance à la cause purpulienne... et puis, lumière et... Highway Star! Comme ça, sans autre préambule, comme pour tracer d'emblée la voie de ce que sera la suite du concert. Et c'est bien ce que sera ce concert: un voyage furieux et bienheureux vers le 7ème ciel...

    Pur bonheur
    Nul besoin de faire ici le compte-rendu de tous les morceaux joués par les virtuoses de Deep Purple, d'autres ont déjà laissé la setlist ici et ici.

    Reste à mentionner la manière dont ces morceaux ont été joués... et le meilleur mot serait: avec générosité!

    Certes le talents et la technique sont là et cela fait bien longtemps que les membres du Deep n'ont plus à le prouver. Là où ils ont vraiment fait la différence, c'est dans les cadeaux permanent fait à leur public... Aucun morceau n'a été joué strictement dans sa version studio, chacun apportant son lot d'inventivité, d'ajouts, de sons différents... Chaque musicien a donné le meilleur de lui-même, en toute simplicité, sans fioriture inutile mais sans retenue. Et même si on a pu entendre la voix de Ian Gillian plus limitée qu'avant (dans les aigus), il n'en restait pas moins tout aussi impressionnant que les autres.

    Générosité aussi, comme la setlist le montre, dans le choix des morceaux joués - certes, il n'ont pas joué Child in Time, mais terminer en rappel avec Hush et Black Knight, c'était quand-même un beau présent! - et dans la durée (1h40).

    Le show
    Si on ajoute à cela un son frisant la perfection, un jeu de lumière approprié voir surprenant (la séquence stroboscopique, par exemple) et des images sur écran géant ajoutant vraiment au concert (par exemple les images de l'incendie de leur hôtel à Montreux pendant l'incontournable Smoke on the Water), on n'est vraiment pas loin du paradis...

    L'essentiel
    Mais finalement, le vrai moteur, l'essence de cette superbe prestation, cela reste, j'en suis convaincu, le plaisir de Deep Purple de jouer... Le plaisir d'être simplement là, à jouer... à jouer avec leurs tripes de la sacrément foutue bonne musique!

    Voyez le sourire qui illumine à tout moment le visage de chacun d'eux... et tout est là!

    Merci Ian et Ian! Merci Steve, Don et Roger... Du fond du coeur!